Soutenance d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de Nasser REZZOUG

Le bureau des Études Doctorales a le plaisir de vous informer que

Monsieur Nasser REZZOUG,

Maître de conférences, rattaché au laboratoire HANDIBIO - Laboratoire de Biomodélisation et d’Ingénierie des Handicaps - EA 4322, soutiendra publiquement son Habilitation à Diriger des Recherches en vue de l’obtention de l’HDR en STAPS sur le thème suivant :

« Analyse biomécanique et simulation de la préhension : application aux mouvements altérés »

Le vendredi 12 décembre 2014, à 15h15, à l’Université de Toulon, campus de la Garde, bâtiment K, amphi K020,

devant un jury composé de :

  • M. Patrick LACOUTURE, Professeur à l’Université de Poitiers, (rapporteur),
  • M. Frédéric MARIN, Professeur à l’Université de Technologie de Compiègne, (rapporteur),
  • M. Philippe PUDLO, Professeur à l’Université de Valenciennes, (rapporteur),
  • M. Brice ISABLEU, Maître de conférences - HDR à l’Université de Paris Sud,
  • M. François PRINCE, Professeur à l’Université de Montréal,
  • Mme Wafa SKALLI, Professeur à l’ENSAM Paris Tech.,
  • M. Philippe GORCE, Professeur à l’Université de Toulon.

Résumé :

La préhension et les mouvements du membre supérieur occupent une place de choix dans le répertoire des mouvements intentionnels dirigés vers un but. De ce fait, ils sont associés à un champ d’applications très important dans les domaines de la biomécanique, de la rééducation, de l’ergonomie assistée par ordinateur, de la robotique ou de l’animation. Aussi, leur étude et leur simulation chez le sujet jeune, adulte, âgé, valide ou atteint d’une déficience motrice permet d’apporter des éléments de réponse à des questions scientifiques importantes concernant le contrôle du mouvement et notamment la gestion de la redondance motrice par le système nerveux central (SNC). C’est dans ce double contexte applicatif et plus fondamental que se situent les travaux décrits dans ce mémoire. Plus précisément, notre démarche a consisté à exploiter les outils de modélisation de la biomécanique, de la robotique et des réseaux de neurones, afin de développer des outils et méthodologies pour :

  • la proposition d’outils de simulation du mouvement humain basés sur les principes de contrôle par le SNC intégrant notamment la notion d’apprentissage et de variabilité intra-individuelle.
  • Une meilleure compréhension de la motricité humaine et de la coordination motrice par le SNC chez des sujets valides ou atteints de pathologies par la quantification d’indices biomécaniques globaux caractérisant l’utilisation de l’ensemble des degrés de liberté des segments du membre supérieur. Ces indices peuvent conduire à une meilleure évaluation de la motricité de patients et ainsi contribuer à l’amélioration des protocoles de rééducation ainsi qu’à l’optimisation du mouvement ou de l’environnement dans le cadre d’applications en ergonomie.